La guerre des princesses

princesses

Cet après-midi, Princesse Fifille trouvant que la journée d’école avait été trop courte pour profiter de la compagnie de 2 de ses consœurs, réussit à placer sa petite voix de manipulatrice au bon endroit d’une conversation entre la Reine Chocolat et 2 autres Reines Mères.

Elle obligea ainsi sa souveraine à lancer une invitation à effet immédiat alors qu’elle aurait préféré jeter un simple « Allez, à demain».

Au début, tout semblait sous contrôle. Reine Chocolat avait retrouvé au fond de son sac une vieille potion de xanax d’urgence et se sentait maître de la situation. Elle avait réquisitionné d’office 3 carrosses-poussettes avec bébés chauffeurs. Les princesses ravies improvisèrent une course poursuite dans le salon enchanté.

Reine Chocolat: Bon, les filles, on disait que dans mon royaume, le i était très dangereux, qu’il attirait les dragons mangeurs de princesses. Donc, vos hiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii vous les ravalez et vous ne sortez de vos bouches que des hoooooooo inoffensifs.

Malheureusement, à l’heure du thé, le vent tourna.

Reine chocolat, concentrée sur la royale « sauce blanche » qu’elle était en train de confectionner, eût la mauvaise idée de refuser de remplir des petites cruches d’eau et proposa à la place des nic-nacs.

Naïve, elle déposa d’une main, trois petits paquets de lettres devant les demoiselles attablées, pendant que de l’autre, elle continuait à repousser une armée de grumeaux.

Princesse Fifille oubliant son illettrisme, prétendit soudain qu’elle avait besoin de toutes les lettres en biscuit pour former son royal prénom « GHKRCUEICNJZFHCNKEAI… ».

En moins de temps qu’il ne faut pour dire « qui veut des gosses », la guerre éclata.

Le royaume se remplit de hurlements stridents et de pleurs, les poupées valsèrent tels des boulets de canons, la sauce blanche déborda, les dragons sortirent de la cave, des tatouages en forme de mâchoires apparurent sur les bras et on sonna à la porte…

Il est fort probable que l’Histoire retienne ce moment précis comme celui de l’entrée en période de récession amicale pour notre royaume familial.

Dès demain, je me lance dans la confection acharnée de gâteaux en chocolat pour essayer de juguler la crise.

Et vous ? Vous assurez toujours avec les enfants des autres ?

4 commentaires sur “La guerre des princesses”

  1. Marie

    ben ca tombe bien ton sujet, parce que (comme d’hab) a mon tour demain : je garde le fils d’une copine, de l’age de Melle Hanae (donc a l’age ou pour se parler, on tape)
    Donc je me prepare a gronder/reconforter/gronder/reconforter/gronder/reconforter…

    super journee

  2. Inconditionnelle

    Bel effort Miss Chocolat ! Cependant, croyez-moi, les invitations « princesse » ne sont que peu de choses par rapport aux invitations « dragons » qui vous attendent si vous avez un/des garçons… c’est une guerre d’un autre genre qui vous inspirera un article ravageur je n’en doute pas.
    Bravo pour la sortie de votre livre ? Le trouvera t-on sur Amazon ?

  3. Karima

    coucou Misschocolat!

    Je prends ENFIN le temps de venir faire un petit bonjour et prendre une minute
    de plaisir en lisant ton article!
    Félicitations pour ton futur livre!!! Tiens nous vite au courant!j’ai hateeee

    Très bonne soirée!

  4. Alexandra

    moi, je trouve cela super frustrant quand mon fils ou ma fille me saute dessus à la sortie des classes pour me demander : « oh maman, steuhplè, je peux aller chez untel, steuhplè, steuhplè! » pas un « je content de te voir maman », « tu m’as manqué maman », « j’ai envie de rentrer à la maison pour jouer avec ma tonne de jouets », et puis vient un grand moment de vide où on se regarde avec la maman de untel « euh, ben, c’est à dire que »…