Quand il y a (de la) des gènes, il n’y a pas de plaisir…quoi que…

Nous sommes XX, ils sont XY et ceci devrait expliquer pourquoi « eux » gouvernent le monde pendant que nous sommes reléguées à des histoires de « parité ».
Au lieu d’hocher bêtement la tête sur cette fatalité, regardons ce que cachent ces chromosomes !
Petit rappel : hommes et femmes, nous avons tous 23 paires de chromosomes, toutes identiques sauf celle des chromosomes sexuels ! Nous, femmes, avons deux chromosomes X pratiquement semblables aux 44 autres alors que, eux, ont une paire « originale » XY.
Nous voilà cataloguées simplettes chromosomiques pendant que eux arborent avec fierté leur Y tel un phallus moléculaire. STOP !

Tout est une question de taille
Le X est gros ! Beaucoup plus gros ! Le chromosome sexuel X est un des plus grands chromosomes humains. Il est près de 6 fois plus grand que le Y. Car le Y, chères amies, est l’un des plus petit du lot. Le plus petit s’il n’était pas rembourré de molécules stabilisantes.
Pour une fois, vous avez raison les mecs : la taille fait toute la différence !
De plus, le chromosome féminin contient infiniment plus de gènes. Et c’est bien là l’essentiel ! Il contient entre 3500 et 6000 gènes, alors que son homologue masculin n’est jamais qu’un malheureux petit déchet d’ADN qui n’en abrite que 24 à 48…

Un calcul rapide : 2 X comprenant chacun quelques milliers de gènes, contre 1X et 1Y nous donne au moins 4970 gènes de plus que les hommes !!!

Restons modestes toutefois devant une telle supériorité. La génétique souffre de mégalomanie et ces gènes surnuméraires sont, pour la plupart, inactifs. Heureusement, sinon nous mourrions.

Nous détenons la palme de la complexité !
Ces 4970 gènes de plus sont la preuve de NOTRE complexité génétique. Car oui, nous détenons la palme de la diversité !
Alors que chaque cellule de notre corps féminin doit faire un choix : activer le X venant de papa ou celui venant de maman. Ce qui fait de notre corps une vraie mosaïque chromosomique. Les cellules de ces chers messieurs ne peuvent activer que les gènes provenant de leur seul X maternel…
Cette mosaïque féminine a des répercussions diverses. Ainsi, notre cerveau est rythmé par des neurotransmetteurs venant tantôt de chromosomes X maternels, tantôt de chromosomes X paternels. Peut-être notre légendaire intuition féminine trouve-t-elle son explication dans ce patchwork cérébral ?
CQFD !

Les petits mots sont ferm�s.