Plein le dos… des ostéos…

dsc06175

La semaine dernière, toute contente d’avoir écrit ma petite histoire sur le Krav Maga, je pars à mon cours. J’essuie les grosses gouttes de fatigue qui perlent sous mes yeux et me lance sans ménagement dans l’entrainement.

Jusqu’à ce que….craaaac….mon dos crie son raz le bol !

Non, je ne venais pas de mettre ko mon adversaire en lui lançant mon pied droit là où la décence m’interdit de m’étendre. J’avais seulement ramassé mon sac et m’apprêtais à retourner tranquillement me plonger dans un bain chaud.

Une douleur lancinante venait de s’introduire dans ma colonne vertébrale.

Au début, j’ai fait la dure. Je me disais que si je l’ignorais, elle finirait par comprendre qu’elle n’était pas la bienvenue. Mais, après une semaine, non seulement elle s’était confortablement installée mais elle avait réussi à corrompre l’ensemble de mon corps. Quand je discutais avec quelqu’un, ma tête regardait mon interlocuteur, mes épaules son voisin de droite et mes hanches les ignoraient royalement tous les deux pour s’intéresser aux voitures qui passaient dans la rue latérale !

Il fallait agir.

J’ai rassemblé tout ce que mon cerveau contient de vocabulaire portugais pour prendre rendez-vous chez l’ostéopathe de mon quartier. Après trois longues journées supplémentaires à attendre, couchée sur la liste d’attente de la secrétaire, j’ai fini par avoir rendez-vous.

Mercredi soir, nous attendions sagement, ma douleur et moi, dans la salle d’attente de monsieur l’ostéopathe, une salle digne des plus beaux magazines de design. Les autres patientes semblaient toutes sorties de la salle de sport BCBG d’en face. Leurs longues jambes fines et musclées, me prouvaient qu’elles passaient plus de temps à courir sur leur tapis roulant que moi derrière mes fifis.
Comble de la honte, je me rends compte que Fifille m’a laissé un cadeau en chocolat sur le chemisier.

Evidemment, la douleur qui m’avait entraînée jusque là s’était subitement volatilisée pour s’installer, probablement, dans le corps nettement plus sexy d’à côté.

C’est mon tour.

Un homme charmant, en blouse blanche, d’une bonne cinquantaine d’année m’accueille dans un français parfait. Il connaît bien la Belgique qu’il adoooooooore.

Quand c’est comme ça, ma langue se délie subitement, les commentaires et les questions pour le faire parler fusent de partout. Je suis trop heureuse d’avoir trouvé un sujet pour détourner son attention de mon corps tout raplaplat et de mes dessous dépareillés. Pourquoi, bon sang, ais-je eu si peu d’intérêt pour mon tiroir lingerie ce matin ?

Je lui explique ce qui m’est arrivé et décris très précisément l’endroit exact où mes vertèbres lombaires se sont coincées, en plantant mon index dessus. Plus précis que ça, je ne sais pas faire !

Contre toute attente, il se met à me triturer….le crâne…Même si je ne suis pas grande, il est au moins 80 cm trop haut !

Je me dis que, comme beaucoup d’hommes, il ne sait pas faire plusieurs choses à la fois. Si j’arrête de lui faire mon baratin sur le plat pays qui est le mien, il s’emploiera, peut-être, à me décoincer le bas de la colonne.

Mais, non…!!!!!!

Il s’est subitement arrêté après avoir vaguement fait craquer mes dorsales, toujours trop haut donc. Il m’a certifié que la douleur allait disparaître….

J’ai toujours mal…

Je viens de commander un corps de vamp pour ma prochaine réincarnation. Ca doit encourager les ostéos à se concentrer sur le corps et pas sur le discours…

Et vous ? Z’avez bon dos ?

1 commentaire sur “Plein le dos… des ostéos…”

  1. barthox

    pourtant, c’est bien comme cela que l’osteopathie fonctionne, mais ca peut prendre un jour ou deux … l’osteopathie n’est pas la chiropractie ou la kine …