Les petits secrets de cuisine…

secrets-cuisine

J’ai envie de dormir…. Il est 13h et je ne rêve que d’une chose, être dans mon lit…

La journée d’hier m’a mise sur les genoux. C’est souvent comme ça quand je reçois. Dès le réveil, je me demande ce qui m’a pris d’inviter à dîner. Probablement le manque de sorties depuis Noël… Juste quelques restos pendant lesquels j’ai passé plus de temps aux toilettes avec Fifille et sa nouvelle petite culotte qu’assise à table pour profiter du repas.

La semaine dernière, je discutais recettes de cuisine à la sortie du Lycée avec un groupe de 4 femmes que je ne connaissais pas vraiment. L’invitation est sortie toute seule de ma bouche : « si vous êtes libres, mardi prochain, venez chez moi avec vos hommes. Je vous préparerai ces fameuses coquilles Saint-Jacques. » Pas de chance, elles étaient toutes libres…

Mr Monchéri, ravi, espérait enfin rencontrer d’autres mâles, non-collègues, avec qui discuter.

Vous le savez, la cuisine n’est pas mon domaine d’excellence. La fameuse recette de coquilles Saint-Jacques était une pure invention. J’étais tombée sur la page cuisine d’un vieux Femme Actuelle dans la salle d’attente du médecin. Comme il n’y avait que ça à lire, je l’avais apprise par cœur.

Maintenant que je devais l’exécuter, je n’avais plus la moindre idée des quantités. Des recettes de coquilles Saint-Jacques, ça se trouve partout. Le problème c’est que toutes ces recettes mentionnent des ingrédients que je ne connais pas…

Je commençais sérieusement à envisager de simuler une gastro-entérite pour annuler le repas quand je me suis souvenue que toutes ces dames du Lycée parlent souvent d’un super traiteur dans le coin de Cascais-Sintra.

J’ai passé fébrilement l’heure suivante à chercher l’adresse, pas question de demander de l’aide à qui que ce soit ! Après avoir tournicoté pendant plus de deux heures, j’ai enfin trouvé le bled perdu et le traiteur en question. Je suis restée cachée dans ma voiture un bon moment pour m’assurer qu’aucune connaissance ne traînait dans les parages. J’ai enfilé l’imperméable de Mr Monchéri, ai mis mes lunettes de soleil et ai vissé la casquette de Fifi sur ma tête. Comme ça, même le traiteur ne pourrait pas m’identifier après.

Soulagée de voir son étalage rempli de plats à réchauffer, je me suis lâchée : coquilles Saint Jaques pour l’entrée, rôti de biche aux airelles et, tant qu’à faire, mousse au chocolat pour le dessert. Même la mousse, je n’avais plus le temps de la préparer moi-même.

Je suis rentrée dare-dare à la maison. J’ai transféré le tout dans des plats bien à moi. J’ai jeté les sacs à l’enseigne du traiteur dans le container de l’immeuble en face. On n’est jamais trop prudente…

Pour parfaire ma mise en scène, j’ai imprimé les recettes correspondantes aux plats. Je les ai tachées de quelques gouttes de sauces et les ai étudiées.

Quand Mr Monchéri est rentré, tout était prêt. Le spectacle pouvait commencer.

Les couples sont arrivés, plus guindés que je ne l’espérais. Heureusement, après deux Martini , tout est soudain devenu plus simple. Les plats ont circulé. J’ai été complimentée sur mes talents culinaires.

Il y a juste ces petites feuilles vertes barbotant dans la sauce qui intrigaient tant mes invitées et dont je n’avais pas la moindre idée du nom. Elles ont vraiment failli me faire craquer… mais, après tout, toutes les cuisinières ont bien de droit d’avoir leurs petits secrets de fabrication… certains sont juste un petit peu plus gros que les autres….

Et vous ? Vous connaissez un bon traiteur ?

dsc05872

3 commentaires sur “Les petits secrets de cuisine…”

  1. Mimi

    Alors là! Chapeau, quelle mise en scène! Ecroulée de rire du début à la fin. Ah que ça fait du bien de rire ainsi après une grosse journée!
    Merci Miss Chocolat!

  2. Clem

    Tu en as de la chance, au moins ton mari est content de rencontrer du monde! Moi le mien, non seulement il ne cuisine pas mais en plus il n’aime pas recevoir! Bref, ce qui compte c’est que c’était bon et que tes invités se sont régalés! J’espère seulement qu’ils ne lisent pas ce blog 😉

  3. Bartho

    y’as pas honte?

    C’est pas difficile la cuisine … ;o)

    Suffit de na pas se prendre le choux …