Les mères ne sont plus ce qu’elles étaient…


Il est 6h45 alors qu’avant-hier, à la même heure, il était 5h45! 5h45, ce n’est pas une heure pour se lever, toutes les horloges biologiques vous le diront.

Pink hurle dans la chambre «I’m still a rock star…»

Qui a inventé le réveil radio? Un fabricant de défibrillateurs cardiaques?

Mr Monchéri: « N’est quel jour? pffffff »
Mam Chocolat,rassemblant quelques neurones: »Lundi »

Bings, mes yeux s’ouvrent d’un coup et mon sourire se tend. On est lundi!

Fifi se glisse dans notre lit avec sa maxi tasse de chocolat chaud.

Fifi:« Pas envie d’aller à l’école man. Elles commencent quand les vacances? »
Fifille, crie depuis sa chambre: « Mãe » (prononcé maille. Traduction: Mère )

C’est une des joies de l’expatriation: s’entendre appeler par des noms improbables, « Mãe » en est un. Chaque fois que Fifille m’appelle « Mãe », je revois le film publicitaire des vaches ventant les mérites d’une moutarde en beuglant « il n’y a que Maille qui m’aille ». Le slogan actuel de Fifille est «il n’y a que Mãe qui m’aille».

Mam Chocolat: « Meuh » (Traduction : j’arrive, minute, je prépare ton lait)
Je prends Fifille dans mes bras.
Fifille: « Pas chez Tania hein? »
Mam Chocolat: « Et si ma chérie, on est lundi, tu vas chez Tania aujourd’hui. C’est gai, tu vas jouer avec tes petits amis, apprendre plein de chouettes choses. Réviser les noms de couleurs par exemple, tu sais, c’est très utile de connaitre le nom des couleurs ma chérie… »

Une heure plus tard, la porte se ferme sur Fifi et Mr Monchéri encore endormis. J’embarque Fifille de force dans la voiture.

Fifille: « Pas chez Tania, Mãe. Veux rester avec toi. »
Mam Chocolat: « Allez courage ma chérie, on est ensemble depuis 3 jours, 88h exactement ou 5280 minutes si tu préfères. Tu sais, Fifi est a l’école, papa est au travail et maman aussi dois travailler sur son PC. Le travail de Fifille c’est d’aller chez Tania. D’accord? Tu vas bien t’amuser avec tous tes amis. Si, si, c’est gai de jouer avec les amis! »

La Tania de la crèche prend Fifille dans ses bras. Fifille refuse de me donner un bisou et me lance un regard méprisant de Fillette de 2,5 ans dégoûtée d’avoir une mère aussi indigne que moi.

Je m’effondre sur le siège conducteur de ma voiture, claque la porte et crie: «Youpie !!!!!!!!! Vive la liberté!»

Pour vivre, tout l’amour du monde ne suffit pas, il faut aussi de l’AIR!

Décidément, les mères ne sont vraiment plus ce qu’elles étaient…

Et vous? Z’êtes aussi un père, une mère, un frère, une sœur, une tante, un beau-frère,…indigne parfois?

1 commentaire sur “Les mères ne sont plus ce qu’elles étaient…”

  1. Anonymous

    L’indignité, on en fait une religion dans la famille. Il y a même ma soeur qui en a fait un grand succès au Québec: http://www.mereindigne.com

    Un ambassadeur, de passage à Montréal, a semé l’adresse de votre carnet. Un plaisir à lire!