Information à l’étranger

Quand on est expatrié, on se sent parfois un peu comme dans un monde parallèle. L’actualité du pays d’accueil ne nous touche pas vraiment. Elle arrive en message codé dans les journaux et à la radio. Il y a des jours où on fait l’effort de décoder, d’autres pas. On ne connait pas les hommes politiques ni leurs ingérences. Les scandales nous semblent exotiques.

L’information qui nous touche réellement vient de notre pays d’origine. Elle traverse donc des milliers de km de fibres optiques, saute de satellites à antennes avant de parvenir à nos yeux et à nos oreilles. Etrangement, ce long parcours lui donne une toute autre saveur. C’est comme si, en chemin, elle se chargeait d’une valeur sentimentale.

Assis devant le journal télévisé de TV5 Monde comme devant le film vidéo des vacances, l’information devient accessoire, c’est l’ambiance qu’on essaye de capter. La couleur du ciel, la présence des parapluies, l’épaisseur des manteaux nous informent sur le temps qu’il fait. « Tiens, il pleut encore à Liège aujourd’hui ». Sorti du pays, on relève de petites originalités régionales : « C’est quand même pas très élégant cet accent. Si c’est comme ça que je parle aussi, pas étonnant que les parisiennes me regardent de haut à la sortie du lycée. »Pendant quelques minutes, le mal du pays nous prend: « Ce reportage a été tourné à 2 rues de chez ma grand-mère »…

Parfois, la fierté nous envahit. Ce matin, par exemple, je découvre le fait du jour à Liège:

« Un « Tangy » de 52 ans imbibé de peket fait croire à sa pauvre mère que les kiwis qu’il s’est mis dans le slip sont des grenades qu’il va faire exploser. La vieille de 88 ans s’échappe par la fenêtre et prévient la police. Tout le quartier de la Cathédrale est évacué. Les démineurs arrêtent le mythomane et se régalent des vitamines C explosives. »

Encore une histoire comme nous seuls, les belges, savons les inventer…

Allez, il est temps de couper le câble et de goûter à la vrai vie du dehors. Vive l’aventure! Qu’elle se passe ici ou ailleurs !

Et vous quels rapports entretenez-vous avec l’actualité?

Rendez-vous demain pour une nouvelle pause chocolat.

Les petits mots sont ferm�s.